Al Festival del cinema del mondo (FFM), si aggiudica il Gran Premio delle Americhe “Obbedienza perfetta” il film sugli abusi del fondatore dei Legionari di Cristo

1/9/2014

FFM: La parfaite obéissance remporte les honneurs

Ismaël Houdassine

Le film La parfaite obéissance du Mexicain Luiz Urquiza Mondragon a reçu lundi le Grand Prix des Amériques lors de la 38e édition du Festival des films du monde (FFM).

Les membres du jury présidés par Sergio Castellitto se sont entendus pour remettre la plus haute distinction à une oeuvre qui traite d’un sujet délicat, celui de la pédophilie.

Tiré de faits réels, le film raconte l’influence néfaste d’un prêtre sur un jeune garçon qui deviendra sa victime sexuelle. «Merci à tous les membres du jury d’avoir choisi le film et merci au festival de nous avoir accueillis», a lancé le réalisateur.

Malgré ses vicissitudes financières, le FFM a tenu à offrir une soirée de remise des prix dans une ambiance chaleureuse. En ces temps difficiles, le festival trouve tout de même quelques appuis.

Dans une lettre ouverte publiée dimanche dans le bulletin quotidien de CTVM.Info, l’auteur et cinéaste Jacques Godbout s’est porté à sa défense en accusant les «Culturels des trois gouvernements» et les «snobs» du milieu du cinéma de vouloir faire disparaître ce «festival populaire».

«Quand les ennemis du FFM l’auront tué, il ne restera sur les écrans de Montréal que des films américains, quelques films français, une douzaine de productions locales et plus jamais d’histoires venues d’Iran, de Chine, d’Italie, de Hongrie ou d’Islande. Les snobs auront gagné», a-t-il écrit.

Parmi les 19 longs métrages en compétition mondiale, sept se sont partagé le palmarès. Le Grand Prix spécial du jury a été remis à Cap Nostalgie, notamment lauréat du prix oecuménique.

L’oeuvre touchante signée Izuru Narushima montrant un Japon résolument tourné vers un passé idéalisé est auréolée par la présence de son interprète principale, l’actrice vedette Sayuri Yoshinaga.

Ce n’est toutefois pas elle qui est repartie avec le prix d’interprétation féminine. Le jury lui a préféré le duo Rachael Blake et Lucie Debay du filmMelody de Bernard Bellefroid. Du côté masculin, Yao Anlian a empoché le prix d’interprétation pour Le patron de l’usine du Chinois Zhang Wei.

Parmi toutes les oeuvres présentées durant l’édition, le public a porté son dévolu sur Traces of Sandalwood de l’Espagnole Maria Rippol en lui décernant son prix du film le plus populaire de l’événement.

Le cinéaste Pupi Avati avec son opus Un Ragazzo d’Oro, dans lequel joue Sharon Stone, a gagné le prix du meilleur scénario. Tandis que La femme de chambre de l’Allemand Ingo Haeb a raflé le prix de la meilleure contribution artistique, également récipiendaire du prix de la critique internationale (Fipresci).

La cérémonie a aussi été marquée par l’hommage rendu au grand Alain Resnais. L’acteur Hippolyte Girardot, qui fait partie de la distribution d’Aimer, boire et chanter, le film posthume du réalisateur présenté en clôture, était d’ailleurs de passage à Montréal pour recevoir la distinction au nom du regretté cinéaste.

Le président du FFM, Serge Losique a fini par monter sur scène en déclarant, «comme toujours, j’ai le dernier mot». Il en a profité pour annoncer les dates de la 39e édition qui devrait se dérouler du 22 août au 2 septembre 2015.

 

Fonte:

 

NOTA: GUARDA VIDEO IN LINGUA ITALIANA SULL’USCITA DEL FILM IN MESSICO NEL MAGGIO SCORSO QUI:

 

 

 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...